L’efficacité

de nos programmes

Depuis la création du Projet ESPACE en 1978, on a instauré dans les écoles de plusieurs pays des programmes de prévention des agressions faites aux enfants. Les parents avaient remis en question la nécessité d'offrir de tels programmes en craignant qu'ils viennent alimenter la peur chez leurs enfants et les bouleverser davantage. Leur attitude a beaucoup changé depuis. Une recherche récente révèle qu'au lieu de s’y opposer, les parents aujourd'hui souhaitent fortement que l'on offre ces programmes à leurs enfants (Hébert et autres, « Parents’ participation in A Child Sexual Abuse Prevention Programme »).

Le Projet ESPACE est reconnu comme étant l’un des programmes les plus stables et les plus efficaces en matière de prévention des agressions faites aux enfants en Amérique du Nord et dans le monde. En tant que tel, il a fait l'objet de nombreuses études.

Des études qualitatives aussi bien que quantitatives ont clairement démontré l’efficacité du programme à aider les enfants à éviter et à résister aux agressions. 

Données générales sur les programmes de prévention

Une étude menée par Susan Ko et Merith Cosden à l’Université de la Californie, Santa Barbara   (« Do Elementary School-based Child Abuse Prevention Programs Work? A High school Follow-up ») a confirmé ce que d’autres études ont déjà révélé :

« La plupart des élèves échangent des connaissances de base sur les agressions, mais les élèves ayant participé à des programmes de prévention des agressions ont une meilleure compréhension des situations plus subtiles, mais non moins importantes. Ces situations impliquent l’attribution de blâme, la prise de conscience que les agresseurs peuvent être des proches de la victime, que les garçons et les filles peuvent être victimes, et qu’il est important de reconnaître le besoin de signaler toute forme d'agression ». (Traduction libre)

L’étude effectuée par David Finkelhor en 1995, démontre que la majorité des enfants d’âge scolaire sont exposés aux programmes éducatifs de prévention contre la violence. Les résultats de cette étude suggèrent que l’ensemble des réactions des enfants et des parents envers ces programmes sont positives, et confirment les résultats de recherche sur l’évaluation de programmes particuliers (« Victimization Prevention Programs: A National survey of Children’s Exposure and Reactions »).

Une autre étude réalisée par Laura Gibson et Harold Leitenberg (« Child Sexual Abuse Prevention Programs: Do They Decrease the Occurrence of Child Sexual Abuse? », 2000) conclut que les jeunes femmes n’ayant pas participé à un atelier de prévention à l'école au cours de leur enfance étaient deux fois plus susceptibles de subir une ou plusieurs agressions sexuelles que celles qui avaient participé à un atelier.

Données qualitatives

Les réactions positives du personnel, des parents et des enfants ont permis au Projet ESPACE de connaître une immense expansion, et les cas de réussite d’enfants ayant résisté ou demandé de l’aide, ont continué d'augmenter. En fait, de nouvelles collectivités ont, pour la plupart, développé un programme à la suite des commentaires positifs exprimés dans d’autres régions.

Données quantitatives

Au cours des dix dernières années, un complément d’études de recherche qualitatives est venu s’ajouter aux renseignements déjà recueillis. Voici de brèves descriptions des principales études réalisées sur le Projet ESPACE.

En 1986, Rene Binder et Dale McNeil de l’Université de la Californie à San Francisco ont mené une étude complète sur les effets du Projet ESPACE auprès de 88 élèves âgés de cinq à douze ans. Ils ont découvert que les connaissances des enfants sur la façon de réagir dans des situations d’agression potentielles augmentaient de façon significative après avoir participé au programme ESPACE. Des entrevues réalisées auprès de parents d’enfants révèlent que ceux-ci étaient beaucoup plus disposés à discuter de situations d'agression sexuelle avec leur enfant après avoir suivi le Projet ESPACE. Ni les parents ni le personnel enseignant n’ont rapporté de signes d’augmentation de détresse émotionnelle chez les enfants à la suite du programme. Les parents ont signalé une diminution importante du taux de batailles, de plaintes d’agression physique et de comportements de dépendance chez leurs enfants. Après le programme, les enfants ont dit se sentir plus en sécurité et plus confiants de pouvoir se défendre.

En 1987, Jeri Smock, étudiant à la « School of Marital and Family Therapy », à l’Université de la Californie, a consacré sa thèse de doctorat aux effets du programme ESPACE sur le niveau d’anxiété et la confiance des enfants. Quatre-vingts élèves de 5et  6e année et 19 parents ont participé à cette étude. Celle-ci a révélé que les enfants ayant assisté au programme de prévention ressentaient beaucoup moins d’anxiété en général devant les inconnus. Et les parents étaient beaucoup moins angoissés en ce qui a trait à la sécurité de leurs enfants après leur participation au Projet ESPACE.

En 1987, Mary Kenning et associés de l’Université du Nebraska ont effectué une recherche sur le modèle d’ESPACE et ses effets sur les connaissances et les capacités des enfants à prévenir les agressions sexuelles. L’étude a été menée auprès de 72 élèves de 1re et 2eannées. L’étude a révélé une importante augmentation des connaissances des enfants sur l’aide à apporter à un ami ou une amie en difficulté, sur la capacité de se confier à une personne adulte digne de confiance, et sur la possibilité d’agir de façon affirmative dans des situations impliquant des touchers inappropriés, soit par des personnes connues ou inconnues. Les gains les plus importants ont été réalisés dans les situations impliquant des personnes connues, tant chez les enfants que chez les adultes.

En 1987, une évaluation du Projet ESPACE a également été réalisée à Columbus par David Nibert. Les participantes et participants au nombre de 413 étaient des élèves de la maternelle à la 5e année. Cette étude a révélé une importante augmentation des connaissances des élèves sur le comportement à adopter dans une situation d’agression, y compris une augmentation des connaissances de techniques d’autodéfense . La tendance des élèves du programme ESPACE à déclarer qu’elles et ils agiraient passivement ou agressivement lors d’une situation d’agression était moins élevée que chez les enfants n’ayant pas suivi le programme ESPACE.

Par exemple, la tendance des élèves à révéler qu’elles et ils cèderaient aux demandes inappropriées de pairs ou d’adultes et répondraient aux agressions par la violence gratuite était moins marquée chez les élèves ayant participé au programme ESPACE. Enfin, les élèves ayant terminé le programme ESPACE étaient plus en mesure d'affirmer qu’elles et ils pourraient décrire la personne qui les a agressés de façon plus détaillée.

En 1985, Horace Leake a réalisé une évaluation pour le Women’s Center de San Joaquin County, Stockton, Californie. Les études ont été menées auprès d’élèves de 1re, 2e, 3et  5e année. Les résultats ont démontré l’efficacité du programme ESPACE à développer de façon significative les capacités des élèves à détecter et à éviter les situations d’agression. M. Leake a également démontré que le modèle ESPACE enseignait beaucoup plus efficacement aux enfants à prévenir les agressions qu’un autre programme axé sur la présentation d’un film sur la prévention. M. Leake a laissé entendre que la nature active du modèle ESPACE, basé sur l’expérience directe, est beaucoup plus efficace qu’une méthode d’apprentissage axée sur le visionnement d’un film.