VALEURS ET CONVICTIONS

NOS VALEURS ET CONVICTIONS

(Remarque : Le COPA présente ses valeurs et convictions de façon aléatoire et non en ordre de priorité ou d’importance.)

Les droits des enfants

Le COPA croit que les milieux discriminatoires provoquent et perpétuent l’abus du pouvoir qui crée et renforce les inégalités sociales. Ces inégalités, qui subsistent dans les croyances et les pratiques discriminatoires systémiques et répandues, s'enracinent à leur tour. Les groupes qui ont moins de pouvoir dans notre société deviennent ainsi plus vulnérables aux agressions, ce qui nuit à l’épanouissement de chaque individu.

(Remarque : Le terme « enfant » désigne toute personne de moins de 18 ans.)

Le COPA estime que les enfants constituent un groupe social marginalisé dans notre société. Ce statut, qui n’est généralement pas reconnu ou remis en question, rend ce groupe particulièrement vulnérable aux agressions.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à reconnaître la marginalisation des enfants et à revendiquer leurs droits et, en particulier, le droit de chaque enfant « à la sécurité, à la force et à la liberté ».

(Remarque : Le terme « sécurité, force et liberté », étant une marque déposée par le COPA, se retrouve dans l’ensemble de ses programmes et de ses ressources. Il dénote le droit essentiel de tout être humain de vivre à l’abri de la violence sous toutes ses formes. Les créatrices du Projet ESPACE (voir ci-dessous) ont créé ce terme afin de présenter aux jeunes enfants la notion des droits et des limites personnelles permettant de discuter de prévention des agressions avec elles et eux de manière adaptée à leur stade de développement. Le terme convient à tous les groupes d’âge.)

L’analyse du pouvoir

Le COPA croit que l’abus du pouvoir est à la base de toute situation d’agression. Le manque de pouvoir constitue le fil conducteur qui relie toutes les formes d’agression, qu’il s’agisse d’agression verbale, sexuelle, physique, psychologique, institutionnelle ou financière infligée à une personne ou un groupe de personnes, que ce soit un.e enfant, une femme ou à tout autre groupe social marginalisé.

Il s’en suit que le manque de pouvoir - social ou personnel - est à la racine de toute situation d’agression, qui est par définition un abus de pouvoir.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA sont fondées sur une définition de l’agression, sous toutes ses formes, découlant de l’analyse féministe des dynamiques du pouvoir qui existent dans toute situation d’agression.

L’équité et l’inclusion

Le COPA croit que les structures, institutions et relations dans notre société sont fondées sur l’iniquité et l’exclusion sociale menant à la marginalisation des enfants, des femmes et d’autres groupes sociaux. L’iniquité et l’exclusion s’enracinent et subsistent dans les croyances et les pratiques discriminatoires systémiques et répandues.

L’iniquité et l’exclusion vécues par ces groupes sociaux marginalisés augmentent la vulnérabilité aux agressions de leurs membres, provoquant et perpétuant un cycle de violence contre les enfants, les femmes et tout autre groupe socialement marginalisé. Toute stratégie visant à prévenir les agressions n’est efficace que si elle vise à promouvoir l’équité et l’inclusion par la reprise du pouvoir personnel et collectif des personnes et des groupes sociaux marginalisés.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA sont fondées sur une approche anti-oppressive visant à reconnaître et à faire les liens entre toutes les formes d’oppression et à prévenir les agressions au moyen de la promotion de l’équité et de l’inclusion sociales des enfants, des femmes et de tout groupe social marginalisé.

Intersection des couches du pouvoir et de privilèges

Le COPA reconnaît qu’une personne peut simultanément s’identifier à de multiples groupes sociaux ayant différents statuts sociaux. Dans un tel cas, il y a une intersection entre les couches du pouvoir et de privilèges. Le fusionnement de multiples identités mène à une expérience personnelle distincte qui forge l’identité. L’accumulation des niveaux d’oppression peut également augmenter la vulnérabilité à l’iniquité et à l’exclusion, notamment aux agressions.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à définir et à reconnaître la spécificité du vécu de toutes les personnes et à écouter et faire entendre les voix des personnes marginalisées dans toute leur diversité.

Les facteurs de vulnérabilité

Le COPA croit que certains facteurs sociaux - comme l'isolement, le manque d'information et la dépendance - rendent les enfants et les femmes (et toutes les personnes marginalisées) particulièrement vulnérables aux agressions.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à réduire les facteurs de vulnérabilité chez les enfants (les femmes et les membres de tout groupe social marginalisé) en facilitant le développement de leurs capacités, en multipliant leurs options, en améliorant leur mobilité et leur capacité d’agir, en élargissant leurs connaissances et en augmentant leurs ressources personnelles, mutuelles et communautaires, et ce, sur le plan individuel et collectif.

(Remarque : Cette analyse des facteurs sociaux qui augmentent la vulnérabilité à la violence des groupes sociaux marginalisés a été développée à l’origine par le groupe « Women Against Rape » en 1978 à Columbus, Ohio aux États-Unis. Ce cadre conceptuel est à la base du Projet ESPACE - un programme de prévention des agressions contre les enfants - et de tous les programmes et de toutes les ressources du COPA. Cette théorie demeure toute aussi pertinente, valide et applicable aujourd’hui qu’elle l’était en 1978.)

La diversité de genre

Le COPA reconnaît qu’il existe une diversité en matière d’orientation sexuelle des personnes et que le genre de tout être humain existe sur un continuum.

Voilà pourquoi tous les programmes et toutes les ressources du COPA cherchent à inclure la réalité et le vécu des personnes de toutes orientations sexuelles et de toutes expressions de genre.

La dynamique du pouvoir selon le sexe et la violence sexiste

Le COPA reconnaît que toutes les personnes qui s’identifient comme filles ou femmes sont exposées à une marginalisation sociale fondée sur le sexisme, une forme d’iniquité et d’exclusion spécifique et distincte. Le sexisme est la cause profonde de diverses manifestations de l’iniquité et de l’exclusion à l’égard des personnes qui s’identifient comme filles ou femmes, la violence sexiste en étant un exemple.

Le COPA reconnaît la gravité de toutes les formes de violence sexiste, une réalité perpétuée par le secret et le silence qui l’entourent. Le COPA reconnaît également que la forme, la nature, la fréquence et les causes de la violence sexiste sont distinctes des formes de violence perpétrées contre d’autres groupes marginalisés, tout comme les dynamiques en jeu.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA tiennent compte des caractéristiques spécifiques de la violence sexiste et de la vulnérabilité particulière des personnes qui s’identifient comme filles ou comme femmes.

L’agression sexuelle contre les enfants, incluant ceux qui s’identifient comme garçons

Le COPA croit que les enfants dans toute leur diversité sont vulnérables à l’agression sexuelle en vertu de leur marginalisation en tant qu’enfants. L’agression sexuelle contre ces enfants est une réalité cachée et sous-estimée. Le COPA reconnaît également que l’agression sexuelle contre les enfants qui s’identifient comme garçons est particulièrement cachée et sous-estimée. Il est donc important d’exposer cette réalité et de la changer afin de briser le cycle de la violence et d’assurer la sécurité, la force et la liberté de tous les enfants, incluant ceux qui s’identifient comme garçons, et de tout le monde. De cette façon, on pourra favoriser l’établissement de relations et de milieux sains et égalitaires.

Voilà pourquoi le COPA dénonce l'agression sexuelle contre les enfants dans toutes leurs diversités - incluant ceux qui s’identifient comme garçons - et déploie tous les efforts possibles pour contrer ce genre d’agression.

Le lien entre l’agression contre les enfants et d’autres groupes sociaux marginalisés

Le COPA croit qu’il existe un lien entre les causes et les formes de violence que subissent les enfants et la violence perpétrée contre les femmes (et tous les groupes sociaux marginalisés). Il est donc nécessaire, selon le COPA, de lutter contre la violence faite aux enfants afin de prévenir la violence faite aux femmes (et à tous les groupes sociaux marginalisés).

Voilà pourquoi toutes les ressources et les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à souligner le lien qui existe entre la violence vécue par les enfants et les femmes (et tous les groupes sociaux marginalisés) et les facteurs qui les rendent vulnérables.

Le cycle de la violence

Le COPA croit qu’il existe un cycle de la violence qui augmente la probabilité que la violence se perpétue d’une génération à l’autre. Ce cycle est attribuable à des facteurs individuels et sociaux qui maintiennent les enfants et les femmes (et tous les groupes sociaux marginalisés) dans des situations de vulnérabilité.

Voilà pourquoi toutes les ressources et les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à briser le cycle de la violence contre les enfants et les femmes (et tous les groupes sociaux marginalisés). L’objectif est de promouvoir le changement positif par la réflexion, l’apprentissage, le développement de compétences et de connaissances, le changement d’attitudes et de croyances, et par le changement de structures sociales qui contribuent à perpétuer le cycle de la violence.

L’autonomisation

Pour prévenir la violence et promouvoir les droits des enfants et de tous les groupes sociaux marginalisés, le COPA prône une approche qui favorise leur autonomisation, tant sur le plan personnel que collectif. Cette stratégie met en valeur les besoins, les compétences et les capacités des enfants, des femmes et des autres groupes sociaux marginalisés.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à augmenter les connaissances et à reconnaître et à développer les capacités et les ressources individuelles et collectives des enfants.

La mobilisation communautaire

La capacité des enfants à résister aux agressions et à s’offrir un soutien mutuel est essentielle à la prévention des agressions. Le COPA estime que l’épanouissement des enfants demeure la responsabilité ultime non seulement des adultes qui s’occupent des enfants, mais aussi de tous les adultes de la société. À cette fin, le COPA s’engage à renforcer l’engagement et la motivation des adultes et à élargir et améliorer leur capacité au sein des collectivités ontariennes à prévenir les agressions commises contre les enfants et les jeunes.

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à sensibiliser et à outiller les adultes pour les aider à reconnaître et à modifier les facteurs qui perpétuent l’agression. Le COPA incite la population à s’engager dans les efforts de prévention des agressions afin de veiller à ce que tous les enfants et toutes les personnes puissent exercer leur droit fondamental de vivre dans « la sécurité, la force et la liberté. »

La francophonie

L’identification du COPA en tant qu’organisme francophone et son engagement à assurer comme priorité l’offre de services en français sont basés sur la reconnaissance du fait qu’au cours de l’histoire, le droit au plein essor a été refusé aux Franco-Ontarien.ne.s, droit qui continue d’ailleurs d’être brimé.

Voilà pourquoi le COPA maintient une identité francophone et toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à mettre en valeur la capacité et l’identité des collectivités franco-ontariennes.

La diversité

Le COPA croit que c’est en reconnaissant et en célébrant la diversité au sein des collectivités partout en Ontario que l’on peut briser le cycle de la violence fondé sur l’ignorance, la haine et la peur des différences. Un monde dans lequel les enfants (et toutes les personnes) envisagent les différences comme étant une source de richesse est un monde dans lequel chaque personne peut vivre dans « la sécurité, la force et la liberté. »

Voilà pourquoi toutes les ressources et toutes les activités créées, mises au point, adaptées et diffusées par le COPA visent à diminuer la crainte et la haine des différences et à valoriser explicitement les différences dans la société, entre autres, les différences fondées sur l’identité de genre, l’âge, l’apparence et la capacité physique, les facultés intellectuelles, l’identité sexuelle, les origines ethnoculturelles, la langue, la religion, le niveau socioéconomique et le statut d’immigrant.e ou de réfugié.e.

L’accessibilité aux services

La principale raison d’être du COPA est de promouvoir les valeurs et les principes féministes à l’aide de stratégies visant l’équité et l’inclusion. À long terme, le COPA cherche à promouvoir les droits et à prévenir les agressions contre les enfants dans toute leur diversité (et contre toutes les personnes marginalisées). Afin de réaliser cette vision, le COPA s’efforce de toujours entendre les besoins de ces enfants, de comprendre leur vécu et d’y répondre adéquatement.

Voilà pourquoi le COPA prend toutes les mesures nécessaires et valorise les démarches visant à assurer à l’ensemble de la population l’accès à ses ressources et la participation à ses activités. Le COPA reconnaît la valeur des efforts déployés au sein de l’organisme, à tous les échelons, visant à éliminer les obstacles afin d’assurer l’accessibilité de ses programmes et ressources diffusés à l’extérieur de l’organisme.

Le leadership des intervenantes féministes

Le COPA reconnaît la contribution et l'importance – historiquement, dans le contexte actuel et à l’avenir - des intervenantes féministes dans le mouvement de prévention des agressions contre les enfants.

Voilà pourquoi le COPA encourage le leadership des intervenantes féministes dans la lutte contre la violence sexiste au sein de l’organisme et dans l’offre de ses services. Le COPA encourage l’établissement de partenariats entre des services institutionnels et communautaires où l'on reconnaît et respecte l'expertise particulière des intervenantes féministes dans les domaines de la violence contre les femmes, ses répercussions sur les enfants et sa prévention.